Recherche et innovation

L’Université de Liège signe un accord important avec la Chine


En arrière plan : Michel Morant (Directeur de l'Interface Entreprises de l'ULiège), Pr Pierre Wolper (Recteur de l'ULiège) et le Pr Alain Vanderplasschen (Immunologie et vaccinologie ULiège) . Avant plan : Mr Liming ZHOU (Président & CEO) et Mr Shiqiao WENG - (Vice Présdent)  de la société Ningbo SanSheng Biological Technology.

L’Université de Liège, par l’intermédiaire de son Interface Entreprises, vient de signer un accord important de transfert de technologies avec la société chinoise Ningbo SanSheng Biological Technology pour la commercialisation d’un vaccin contre un herpès virus de la carpe (koï et commune). Un vaccin développé par les chercheurs du laboratoire d’Immunologie - Vaccinologie de la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’ULiège, dirigé par le professeur Alain Vanderplasschen.

L

a carpe commune est l’un des poissons les plus largement élevés en pisciculture avec une production mondiale de 4,5 millions de tonnes par an. Elle représente une source importante de protéines animales dans l’alimentation de millions de personnes, principalement en Asie, en Europe de l’Est et au Moyen-Orient. La carpe koï, une sous‑espèce de la carpe commune, est un poisson d’ornement dont la valeur peut être négociée jusqu’à 100.000 euros. Les carpes communes et koi représentent donc un véritable pilier économique et alimentaire pour des millions de personnes dans le monde.

Depuis le début des années 2000, un virus, le Cyprinid herpesvirus 3 (CyHV-3, encore appelé KHV), cause des ravages dans les élevages de carpes communes et koï au niveau mondial, diminuant drastiquement leur production. Fort de son expérience dans le domaine des virus animaux, l’équipe du professeur Alain Vanderplasschen, immunologiste et virologiste au sein de l’Unité de recherche du FARAH (Fundamental and Applied Research for Animals & Health) de l’ULiège a développé un vaccin qui immunise les carpes contre ce virus. Après plusieurs années de recherche, l’équipe du professeur Alain Vanderplasschen a produit un virus atténué incapable de rendre les poissons malades, mais qui reste capable d’induire une réponse immunitaire lorsqu’il est administré aux poissons. Le vaccin directement administré dans les bassins d’élevage stimule le système immunitaire des poissons et les protège de la maladie. 

C’est cette technologie qui fait aujourd’hui l’objet de l‘accord qui vient d’être signé entre l’Université de Liège et la firme chinoise Ningbo SanSheng Biological Technology, spécialisée dans les biotechnologies liées à la reproduction des poissons et des animaux de vente. Sachant que le marché chinois représente 80 % de la production mondiale des carpes, cet accord est considérable. Le professeur Alain Vanderplasschen se réjouit de cet accord historique qui permet à son laboratoire d’initier une collaboration à long terme avec un des acteurs pharmaceutiques les plus importants de la santé animal en Chine.

A propos de Ningbo SanSheng Biological Technology

Créée en 1958, la société chinoise Ningbo SanSheng Biological Technology est active dans le domaine des biotechnologies et plus particulièrement dans la reproduction des poissons et des animaux de renteDepuis 2000, la société a étendu son expertise dans les domaines liés à la santé des animaux d'élevage et, plus récemment, elle a décidé d'entrer stratégiquement dans le domaine des vaccins pour animaux.Ningbo SanSheng Biological Technology est une société très influente dans l’industrie de la santé animale en Chine. Elle y contribue à un élevage efficace et de qualité.

 

Contacts

Laboratoire d’Immunologie et de Vaccinologie | FARAH | Faculté de Médecine Vétérinaire

Alain VANDERPLASSCHEN

ULiège, Interface Entreprises

Isabelle RENARD

Partagez cette news